Le recrutement au sein des Rotary clubs – Interview de Béatrice Rollet

 pour Lettre du Gouverneur, Recrutement & Effectif, Rotary Club

Nous sommes heureux de vous retrouver en cette rentrée 2018, pour faire un point “Effectif” et partager avec vous, les conseils en recrutement de Béatrice Rollet, Responsable du Comité Effectif Rotary 1760.

 

RD1760 : Bonjour Béatrice, tout d’abord, par quels canaux arrivent les candidatures ?

Béatrice Rollet :  le District reçoit périodiquement, via le Rotary international, des demandes de candidature qui lui sont fournies avec quelques informations : l’âge, la profession, et la ville concernée.

Nous envoyons alors la candidature à l ADG, qui va se mettre en rapport avec le candidat et qui connaissant bien les clubs de son secteur, peut lui proposer d’intégrer un club, ou bien d’en visiter plusieurs pour faire un choix raisonné.

Quant au recrutement par voie classique (via les membres du club), il peut se faire soit par réseau individuel soit en organisant des manifestations spécifiques et ayant pour but le recrutement, soit en partenariat avec des associations professionnelles…

Dans un prochain article il sera intéressant d’interviewer des Rotariens qui ont réussi ainsi de véritables opérations de recrutement.

Mais, quel que soit le mode de recrutement, il est important de tester au préalable le degré d’engagement du candidat. Certains clubs attendent que celui-ci ait participé à plusieurs Actions avant de donner leur accord pour l’intégrer.

Par la suite, le rôle du parrain, trop souvent négligé, est essentiel pour la réussite de l’intégration.

 

RD1760 : Quelle attitude adopter une fois les nouveaux recrutés arrivés ?

Béatrice Rollet :  Il s’agit de s’adapter, rester attentif aux besoins des gens recrutés. Certains auront de la disponibilité, de l’énergie, ou de la compétence. Sachons utiliser la diversité des talents des clubs.

Par ailleurs, le parrain doit assurer la formation de son filleul et répondre aux questions que celui-ci pourrait lui poser sur tous les aspects de la vie du club.

 

RD1760 : Quelle est la part du recrutement dans la vie de chaque club ?

Béatrice Rollet :  Le recrutement est bien sûr très important dans la vie de chaque club.

Mais d’une part, il faut recruter des personnes qui ont envie de s’engager et d’autre part il faut que le club offre ce que le nouveau membre est en droit d’attendre, ceci pour éviter décrochages et déceptions.

Pour ma part, je trouve très sain que le candidat visite plusieurs clubs avant de faire son choix, … Et en sens inverse, que le club « teste » le candidat avant de donner son accord.

 

RD1760 : Quel outil peut être mis en place pour un bon suivi de départ ?

Béatrice Rollet : Dans mon entreprise nous avions mis en place le « rapport d’étonnement » ; 2 ou 3 mois après son intégration, Le nouvel entrant fait un rapport oral sur ce qu’il apprécie …ou pas …, ce qui l’a étonné, ce à quoi il s’attendait …ce qu’il pourrait proposer… c’est très intéressant et, tout comme le bilan de santé, cela permet d’adapter et faire évoluer l’organisation.

 

RD1760 : Y a-t-il d’autres aspects qui permettent d’augmenter l’attractivité du club ?

Béatrice Rollet : Ce qui est important aussi c’est le rôle de manager du Président. Le président joue un rôle essentiel dans la cohésion du club.  Une méthodologie et une stratégie de management bien construites et pragmatiques sont nécessaires.

Certains Rotariens n’ont pas ou n’ont pas eu l’occasion, dans leur vie professionnelle d’opérer dans un rôle de manager, ce qui peut poser des difficultés quand ils sont élus présidents.

Le Rotary propose ainsi à ceux qui le souhaitent ,1 ou 2 fois par an, des WE de formation au Leadership dans un cadre rotarien.

En plus d’être une formation de grande qualité, ces journées permettent une relation avec d’autres Rotariens, d’autres secteurs, ce qui est toujours enrichissant.

 

RD1760 : Quelle autre solution pour le maintien et l’augmentation, des effectifs ?

Béatrice Rollet : Les nouveaux membres, comme les clubs satellites, et même les tout nouveaux clubs doivent être accompagnés et guidés.

Il serait aussi bénéfique de développer des liens plus étroits avec les Rotaracts : le nombre de transformations Rotaracts / Rotariens est faible ce qui est dommage vu le dynamisme des rotaractiens

Et bien sûr, je n’insisterai pas là-dessus car cela a fait l’objet d’un premier article, un Bilan de Santé pratiqué régulièrement, favorisera la consolidation de l’effectif du club.

 

RD1760 : Et qu’en est-il des anciens Rotariens ?

Béatrice Rollet : Dans les clubs où la moyenne d’âge est assez élevée, certains démissionnent pour des raisons de santé. Mais beaucoup sont en demande de continuer à recevoir des nouvelles du club : comptes rendus, invitations aux manifestations…

Sachons ne pas les oublier, ils ont construit et sont donc partie intégrante de ce qu’est aujourd’hui le Club.

 

RD1760 :  Et en terme de communication interclub, où en sommes-nous actuellement ?

Béatrice Rollet :on pourrait sans doute améliorer un partage de bonnes pratiques. L’ADG, qui connaît bien les clubs peut faire circuler des infos, réfléchir aux problématiques et collecter des solutions pratiquées par les clubs.

 

RD1760 : Quels sont les moyens, au niveau des clubs ou individuels, pour encourager ces échanges ?

Béatrice Rollet : Au niveau individuel, j’encourage les rotariens à aller voir ce qui se passe dans les autres clubs.

D’abord, cela donne des idées pour son propre club, et ensuite cela développe un sentiment d’appartenance au Rotary qui dépasse la simple appartenance à un Club.

J’encourage aussi à aller aux Conventions annuelles .la ferveur qui se dégage de tous ces Rotariens si différents, venus du monde entier, mais tous unis autour des mêmes valeurs, est un moment d’émotion extraordinaire

 

Cette année, j’espère que Hambourg, plus proche donc moins coûteux permettra à beaucoup de vivre cela.

 


Interview  – Rotary D1760
Octobre 2018

 

Articles récents

Start typing and press Enter to search