pour Lettre du Gouverneur, Recrutement & Effectif, Rotary Club

R1760 : quelle première approche doit mettre en place un club pour renforcer son club ?  

Béatrice Rollet :  la toute première étape car c’est la priorité c’est d’établir l’état des lieux du club. Et ceci que le club soit en bonne ou en mauvaise santé.
Car tous les clubs aujourd’hui en situation difficile ont été un jour en bonne santé… mais ils ont pu se laisser aller dans un certain confort, d’amitié souvent, et ont oublié d’évoluer.

 

R1760 : comment réalise-t’on cet état des lieux ?

Béatrice Rollet :  Il est important de faire cet exercice collectivement lors d’une réunion du club ,de façon à ce que chacun puisse s’exprimer devant tous et librement.
Je propose aux clubs de venir animer chez eux cette réunion , comme je l’ai déjà fait cette année dans une dizaine de clubs.
L’exercice consiste en une discussion d’une heure et demie environ ,sur l’état du club ,ses forces et ses faiblesses , les solutions éventuelles pour corriger les faiblesses et enfin , si nécessaire ,un plan d’action décidé collectivement et mis en œuvre par le club.
Tous les aspects de la vie du club sont passés en revue : l’organisation /la mixité /le recrutement /l’attractivité/ les cotisations /les manifestations /les actions /la formation…
Ainsi diagnostic et plan d’action, établis et validés par tous ,constituent un outil de cohésion et de légitimation de la stratégie du club.


R1760 : les clubs ont-il l’obligation d’effectuer cet état des lieux ?

Béatrice Rollet : Bien sûr le district n’impose pas aux clubs de faire cet état des lieux, mais il conseille vivement de le faire.
Par ailleurs, les présidents peuvent animer eux-mêmes la réunion s’ils le préfèrent, mais il est souvent difficile d’être à la fois juge et partie.
Et ce que je peux apporter en animant moi-même la réunion, ce sont des exemples de ce qui est pratiqué ailleurs par d’autres clubs.

 

R1760 : quel est l’aboutissement de ce bilan pour les Rotary Clubs ?

Béatrice Rollet : l’objectif de ce bilan de santé est de mettre le doigt sur les faiblesses du club qu’elles soient actuelles ou potentielles. Par ailleurs, c’est un véritable atout pour la gestion des conflits car on peut ainsi les détecter et donc, dans une certaine mesure, les éviter.

 

R1760 : l’état des lieux joue t’il un rôle déterminant dans le recrutement effectué par les clubs ?

Béatrice Rollet : le bilan de santé est intimement lié à la stratégie de recrutement d’un club. C’est un cercle vertueux. Quand un club a su se remettre en question, s’adapter, il devient plus attractif : et par le rayonnement individuel de ses membres qui s’y sentent bien, ou par sa force collective , le club attire ainsi d’autres membres.

 

 


– – > RDV À VENIR  : Université d’Automne

– – > À LIRE PROCHAINEMENT : « Comment bien recruter ? » 


Interview  – Rotary D1760
Août 2018

 

Nous vous suggérons ces articles

Start typing and press Enter to search